Antony Sauveplane



© NicolasDebacker


Ni trop ni trop peu. De la sagesse chinoise aux compositions d’Antony Sauveplane, c’est le même souci de l’équilibre qui semble donner le la. Ni trop facile ni trop difficile. Ni trop élémentaire ni trop cérébral. Qu’il s’agisse de “Résurgence poétique” (pièce électro-acoustique écrite avec la complicité du poète Jean-Marc Flahaut) de “Quintette pour une visite guidée” (création pour un ensemble hybride) ou de “Chœur Chant Cri” (pièce mixte pour dispositif électronique et 5 percussionnistes), Antony Sauveplane évite soigneusement de se prendre les pieds dans le tapis de la “musique pour musiciens”. Ses créations n’ont pas volé l’étiquette de musique réelle tant elles semblent se soucier de la réverbération du monde et des vrais bruits que fait la vie. © GeoffreySebille



Avant de faire ses armes d’orchestration, de composition et d’écriture au conservatoire de Lille, Antony Sauveplane resserrait grâce à la musique les liens des publics fréquentant les centres sociaux. C'est dans cette effervescence culturelle, ces bleds où seules les fanfares municipales font encore résonner les notes, ces quartiers « sensibles » au noble sens du terme, qu’il initie sa quête de décloisonnement musical. Sa théorie est on ne peut plus limpide : un son = un son. Autrement dit, ni rivalité, ni hiérarchie, ni condition condamnant, par exemple, les musiques classiques à la ville et les musiques traditionnelles à la campagne.
Compositeur, musicien, performer musical, formateur issu de l’éducation populaire, ces itinéraires m’ont menés à pratiquer des esthétiques musicales diverses parfois « contraires », de rencontrer des publics de tous horizons.

Mon travail de compositeur est donc tout naturellement tourné vers la recherche de la diversité des expressions sonores et ce qu'elles véhiculent comme émotions et comme sens, l’innovation et l’expérimentation dans les formes de représentation, la mise en place d’un processus de création qui donne à chacun·ne une place.

Je compose souvent à partir d’un travail de son, d’enregistrement, puis la forme s’impose et avec elle, une attention toute particulière pour les instrumentistes


ANTONY SAUVEPLANE — COMPOSITEUR PUBLIC — LILLE — FRANCE